Le bambou est aujourd’hui très réputé aussi bien pour sa robustesse que pour sa vitesse de pousse extraordinaire ! Le bambou est utilisé dans de nombreux domaines tels que le BTP, le textile, le charbon actifs et bien d’autres ! Ils existent de nombreux préjugés sur le bambou, la plupart infondés. Nous allons découvrir ici quelques préjugés concernant le bambou.

Cet article reprend 3 préjugés courants et leur apporte des éléments de réponse !

Préjugé 1 Le bambou prolifère et est très invasif

On peut voir dans de nombreux articles que le bambou est une plante très envahissante et peut vite devenir un calvaire pour les propriétaires de terrain. C’est précisément pour cette caractéristique que cette plante est utilisée par la technologie Bambou-Assainissement® ! C’est en raison de ses qualités rustiques et pour la densité de ses rhizomes que le bambou est l’espèce la plus appropriée à une phytoremédiation. Le bambou va coloniser chaque centimètre carré de sol afin de traiter l’eau usée épandue


Evidemment, afin d’éviter cet effet envahissant, la bambousaie est contenue grâce à une barrière anti-rhizome. Elle est installée tout autour de la bambousaie à une profondeur de 70 cm. Cette barrière est insurmontable par les rhizomes.
Lorsque le rhizome traçant part de manière horizontale et rencontre cette barrière, il rebrousse chemin et reste cantonné dans la zone désignée grâce au fossé creusé tout autour de la plantation.

Lorsque le rhizome traçant part de manière verticale et débouche sur le fossé, il poursuit sa croissance à la verticale en devenant un chaume puis un bambou. Enfin la floraison des bambous est très rare. Il est donc naturellement impossible pour un bambou de pousser loin de ses congénères et de s’éparpiller dans des zones inappropriées.

Préjugé 2 Le bambou attire les moustiques

C’est Faux ! La bambousaie n’est pas un environnement humide et ce n’est pas une plante aquatique. Aucune chance de développer des colonies de moustiques car la bambousaie se développe en milieu sec humidifié par un apport d’eaux usées contrôlé.

A contrario des filtres plantés de roseaux et des systèmes de lagunage, la technologie Bambou-Assainissement® ne forme jamais de flaquage par ses systèmes de répartition.

Cette absence d’eau stagnante garantit l’absence totale d’incubation des larves de moustiques et donc d’invasion de moustiques.

Préjugé 3 Le bambou contribue à la déforestation

Les plantations de bambou sont en nette progression dans toutes les régions du globe.


De par ses avantages, il y aurait une crainte que celui-ci ne remplace bon nombre de végétaux en réduisant la biodiversité et finalement en provoquant l’effet inverse à celui recherché : une déforestation !


Ceci est bel et bien un préjugé ! Lors de l’implantation d’une bambousaie en vue de traiter les eaux usées, le bambou n’est pas l’unique espèce à être plantée. D’autres plantes et espèces végétales sont également plantées, l’ensemble vivant en harmonie avec les bambous et permettant ainsi de créer une réelle biodiversité. De plus, dans les pays en développement,
l’implantation de bambousaie préserve de la coupe de bois précieux et de la déforestation car le bambou à un pouvoir calorifique très important. Il remplace ainsi, dans la filière bois énergie, la coupe des bois locaux.