Les SFN sont-elles efficaces ?

Les solutions fondées sur la nature (SFN) sont inspirées et soutenues par la nature et utilisent, ou imitent les processus naturels, afin de contribuer à une meilleure gestion de l’eau. La caractéristique déterminante d’une Solution Fondée sur la Nature (SFN) n’est, par conséquent, pas de savoir si un écosystème utilisé est « naturel », mais si les processus naturels sont gérés de manière proactive pour atteindre un objectif lié à l’eau. Les SFN utilisent les services écosystémiques pour contribuer à un résultat en matière de gestion de l’eau…

Les SFN soutiennent une économie circulaire qui promeut une plus grande productivité des ressources visant à réduire les déchets et à éviter la pollution, y compris par la réutilisation et le recyclage, et qui est restauratrice et régénérative par conception, contrairement à une économie linéaire, qui est un modèle de production basé sur le fait de prendre, de fabriquer et de disposer. Les SFN soutiennent également les concepts de croissance verte ou d’économie verte, qui promeuvent l’utilisation durable des ressources naturelles et exploitent les processus naturels pour soutenir les économies.

https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000261605_fre

Les Solutions Fondées sur la Nature peuvent également concerner d’autres défis : l’amélioration de la santé, la sécurité alimentaire ou encore le développement socio-économique…

Les critères d’une solution fondée sur la nature

Une SFN doit répondre à deux critères principaux :

  • Contribuer de façon directe à un défi de société identifié, autre que celui de la conservation de la biodiversité ;
  • S’appuyer sur les écosystèmes et présenter des bénéfices pour la biodiversité.

La technologie Bambou-Assainissement®, maîtrisée par Bamboo For Life répond à ces deux principes fondamentaux :

  • Elle contribue directement à plusieurs défis que sont le manque d’accès à l’assainissement, le besoin de végétaliser et reboiser les espaces, la nécessité de recourir à de nouveaux modes de production durables.
  • Elle utilise les eaux usées comme une ressource tout en étant sobre en besoin énergétique et en diminuant l’empreinte carbone de ses actions.
  • Elle s’appuie sur les capacités phyto-épuratoires du bambou et contribue par les plantations de bambou à la création d’habitats propices au développement de la biodiversité.

Une solution fondée sur la nature est-elle coûteuse ?

Ces solutions nécessitent de l’ingénierie, elles sont basées sur le biomimétisme et font toujours l’objet de programmes de R&D poussés qui aboutissent à des brevets. Sur le long-terme une SFN étant peu énergivore, son coût d’exploitation sera inférieur aux solutions classiques tout en apportant des externalités environnementales positives.

Existe-t-il une norme pour les SFN ?

Selon l’UICN, les SFN ont le potentiel de fournir jusqu’à 37 % de nos besoins en matière d’atténuation du changement climatique. Elles peuvent également réduire l’impact humain et naturel de la crise climatique en réduisant les risques de catastrophe et en améliorant la résilience des communautés, notamment grâce à une gestion durable de l’eau. Une norme est donc indispensable !

Lancé en juillet 2020, le standard mondial des Solutions Fondées sur la nature de l’UICN répond à cette demande. Il comprend huit critères et une série d’indicateurs connexes, conçus comme une méthode d’apprentissage flexible et nourris par la pratique et l’expérimentation. Une norme qui sera révisée tous les 4 ans par la gouvernance du standard mondial des SFN de l’UICN. L’objectif est d’améliorer et d’encourager l’engagement de toutes les parties prenantes dans l’approche SFN.